24 heures après le départ, les skippers avaient au programme un léger slalom à travers les îles Anglo-Normandes avant de pouvoir mettre le clignotant à droite pour le passage en Rade de Cherbourg.

Nous avions laissé à la mi-journée les Figaro Bénéteau 2 sur un bord de largue serré entre la Basse Jourdan et la bouée Banc Désormes, prochaine marque de parcours située entre Jersey – Sark (à l’Ouest de Guernesey). La flotte sous spi évolue en file indienne sans option à prendre ni décalage à effectuer. Peut-être le moment pour les solitaires de se reposer car les visages rencontrés en matinée étaient déjà marqués par la fatigue après cette première nuit en mer.

L’objectif en cette fin d’après-midi : le Phare des Casquets. Les concurrents sont maintenant au près, et choisissent tous de passer au Sud de Serk, qu’ils largissent avant de virer cap au 320-330°. Quelques virements de bord (et heures) plus tard, Alexis Loison approche la marque avec 2-3 milles nautiques d’avance sur Alan Roberts et Damien Cloarec bord à bord. Simon Troël emboîte le pas 1/2 milles derrière. A la suite, on trouve 2 bizuths, très proches : 4ème Justine Mettraux tient bon sa place et 5ème Aymeric Decroocq auteur d’une superbe remontée de la flotte cette après-midi. Un peu après, Arnaud Godart-Philippe, Will Harris et Robin Esley passent groupés. Puis, c’est au tour des skippeuses normandes Sophie Faguet et Claire Pruvot. Plus détachés, Andrew Baker et Pierre Quiroga ; enfin Hugh Brayshow et Mary Rook enroulent 3 heures après le leader.

Ce phare passé, les choses se compliquent ! Et oui, il faut faire cap à l’Est : dépasser Aurigny pour atteindre le Nord-Cotentin et rejoindre Cherbourg et sa rade, prochaine marque parcours avec pointage officiel. Entre les deux : le Raz Blanchard à franchir !
La brise est plutôt légère en ce début de soirée et la marée descendante… Il faut donc gérer les forts courants contre lesquels les Figaro Bénéteau 2 peinent à avancer.
Après les Casquets, GROUPE FIVA poursuit son chemin vers la pointe Ouest d’Aurigny tandis que ses poursuivants directs plongent plus vite et se positionnent avant au Sud de l’île. Le long de cette côte, abritée des courants contraires, les voiliers accélèrent ; TDB et SAFERAIL prennent les commandes… Mais, à la sortie d’Aurigny, tous se trouvent à butter contre la marée. Alexis Loison rejoint la tête de course.

Une fois l’île passée, on voit les trajectoires des bateaux emportés par le courant et du Sud-Ouest dans les routes. Pour passer le Cap de la Hague, il faut patienter jusqu’à la renverse aux environs de 23h30. Tirer à la côte du Cotentin permettra d’attraper un peu plus tôt ce tapis roulant qui portera jusqu’à Cherbourg à vitesse rapide, d’autant que le vent s’est levé avec la nuit qui tombe.

Le Raz Blanchard redistribue les cartes ce soir : regroupement de la flotte en cours et nouveau départ pour la Solo Normandie ?

A minuit, la majorité des Figaro Bénéteau 2 évoluent enfin le long de la côte septentrionale du Cotentin, au louvoyage. A 10 milles nautiques de la Rade de Cherbourg, le trio de tête est légèrement détaché : Alexis Loison GROUPE FIVA et Alan Roberts TBD sont au coude-à-coude, tandis que Damien Cloarec SAFERAIL se démarque en tirant des bords différents de ses camarades. La 1ère bizuth, Justine Mettraux TEAMWORK a maîtrisé la bataille du Raz et conforte sa place de 4ème.

Classement officiel et comptage des points à venir cette dernière nuit en Rade de Cherbourg-en-Cotentin, avant la galopade vers l’arrivée au Havre en matinée !